Tiens, il pleut !

Publié le 15 Septembre 2013

Météo

Oui je sais ! On est le 15 septembre il pleut, il fait froid... évidemment, il y a 10 jours encore, les enfants (et leur père !) plongeaient joyeusement dans la piscine... 
Cette semaine, on a enfilé pull et gilet pour rester dans la maison qui s'est bien rafraichie après quelques journées grises, pluvieuses, humides, on tourne entre 17 et 17.5° dedans...
La sonde du camion a annoncé 2° le matin le plus frais de la semaine, vers 7h30 !
C'est dire si l'hiver approche ! À se demander même si on passera par la case "Automne".
Des voisins ont rallumé leur poêle 2 jours durant, une copine a fait un feu de cheminée... moi j'ai pas osé.
Je résiste ! On est encore en été bordel !
Si, j'insiste !

 

Et je met mon pull. Et je compte mes stères de bois.

Je dis 10,  mais il en reste 8 d'après l'homme.
Il nous en faut 20 de plus. 15 au minimum.
Vu l'hiver dernier qui n'en finissait plus...
Tous les jours c'est la valse des tracteurs avec les bennes remplies de bois,  on prépare l'arrivée du froid dans les campagnes, il est donc temps d'appeller notre fournisseur.

 

Avant de rallumer, occasionnellement pour l'instant, il faut ramoner un p'tit coup, même si le conduit est propre, restons prudent !

 

La fin des beaux jours

Il a fallu se résoudre à vider la piscine... Le skimmer est enlevé, la filtration débranchée, les vannes ouvertes, et ma benjamine, bottes aux pieds, s'est fait une joie de régulièrement appuyer sur le boudin pour créer un raz de marée au jardin tout l'après-midi.
Le problème c'est qu'il pleut sans discontinuer ou presque depuis et qu'avant de pouvoir remballer le tout, il faudrait que ça puisse sécher !

 

Travaux

Opération bouchage de trous sur les façades !
Direction la montagne (en fait un Mont, mais ici, on appelle ça la montagne... 600 m hein ! Il y a même une ferme perchée portant le nom du lieu-dit
La Grand'Montagne... HA !)
, pour récupérer des pierres retirées par miliers des champs avant les labours. Les fameuses pierres de Bourgogne... Ainsi récupérées, elles ont trouvé leur place dans les trous d'anciennes poutres en façades, en sandwich entre un carré de laine de verre et  un mortier de chaux. Le tout sous la flotte qui n'a pas cessée. L'homme est courageux !
Les raccords ainsi ne se voient même pas, on pourrait croire que les pierres ont toujours été en place. Bref, l'enveloppe de la partie habitation est étanche à ce niveau.
Il ne reste plus que la finition des joints à l'intérieur. Quand même.

 

 

Rédigé par La Burgonde

Publié dans #La Vie de Chantier

Repost 0
Commenter cet article